C'est pas mon idée !

jeudi 10 février 2011

MasterCard ouvre sa plate-forme aux développeurs

MasterCard
Après quelques mois d'expérimentation interne, MasterCard annonce l'ouverture, en version beta, de MasterCard Developer Zone, un portail destiné aux développeurs. Avec cette initiative, le spécialiste des cartes de crédit offre des "APIs" ("Application Programming Interfaces", ou interfaces de programmation) qui permettent aux concepteurs de logiciels d'intégrer les services de MasterCard dans leurs réalisations.

Pour l'instant, trois de ces services sont proposés (d'autres sont promis dans un proche avenir) :
  • Le paiement, qui permet d'accepter les règlements dans les applications (avec les principales cartes du marché, pas uniquement celles de la marque), en profitant des avantages du réseau de l'opérateur (sécurité, détection de fraude, support multi-devises...).
  • Les "offres", capitalisant sur le réseau de commerçants partenaires pour donner accès à des offres promotionnelles, coupons de réduction... avec des possibilités de recherches sur différents critères, dont la localisation.
  • La "localisation" qui ouvre les bases de données géolocalisées des distributeurs automatiques acceptant les cartes de MasterCard ainsi que, au Canada et aux Etats-Unis, la base des commerçants acceptant le paiement sans contact (avec le système PayPass).
Pour tous ces services, les interfaces mises à disposition des développeurs sont simples à utiliser et basées sur des standards (REST/XML), utilisables avec tous les langages de programmation, sur le web, sur PC ou sur mobile, une simple connexion internet étant nécessaire.

Avec cette annonce, MasterCard fait un grand pas en avant dans un domaine où on a plus souvent l'habitude de voir de "nouveaux acteurs" (par exemple PayPal ou BankSimple) que des institutions établies. L'ouverture des données et services aux développeurs externes est pourtant une approche qui a déjà fait ses preuves dans d'autres domaines, notamment pour favoriser et développer l'innovation.

Pour les banques, qui détiennent des gisements de données extraordinaires et offrent des services exclusifs, ce modèle reste malheureusement toujours exclu et les développeurs "créatifs" doivent se tourner vers des acteurs alternatifs (dont les plate-formes d'agrégation, telles que Yodlee ou bientôt, en France, Linxo) pour imaginer de nouvelles solutions. A quand le réveil ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)