C'est pas mon idée !

mercredi 19 janvier 2011

RBC se laisse séduire par la table Surface 2 de Microsoft

Communiqué Microsoft
Au CES (Consumer Electronic Show) qui se tenait au début de l'année, Microsoft présentait la version 2.0 de sa table Surface, conçue avec Samsung. C'est une application développée pour RBC (Banque Royale du Canada) qui a eu les honneurs d'une démonstration sur scène, alors que la banque annonçait son intention d'installer ces tables dans ses nouvelles agences.

Il faut bien avouer que, par rapport à la version originale de la Surface (que RBC utilisait jusqu'à maintenant), cette nouvelle mouture fait des progrès sensibles. La plus importante des nouveautés est l'abandon des caméras (pour détecter les objets et les mouvements sur la table) au profit d'une technologie, baptisée PixelSense, qui équivaut à équiper chacun des pixels de la table d'une micro-caméra.


Avec cette évolution, non seulement la capture de l'information est plus précise et plus réactive mais l'appareil devient beaucoup plus compact, avec une épaisseur d'une dizaine de centimètres. Grâce à cette cure d'amaigrissement, la Surface devient une vraie table (et non plus un "bloc"), sous laquelle l'utilisateur peut glisser ses jambes, et peut aussi être utilisée sur un mur (en position verticale) ou dans d'autres configurations. Autre amélioration, la taille de l'écran passe à 40 pouces (plus d'1 mètre) et sa résolution a été sensiblement augmentée (1920x1080).

Que fait RBC avec cet équipement dans ses agences ? Pour l'instant, 5 applications ont été développées :
  • "The Big Picture" qui présente l'offre de la banque.
  • "Drop a coin" qui utilise une interface ludique pour illustrer la valeur d'une épargne régulière.
  • "Meet our experts" qui présente les collaborateurs de l'agence.
  • "Instant Win", une loterie proposée aux clients, qui présentent le "ticket" qui leur a été envoyé par courrier devant l'écran pour savoir s'ils ont gagné un prix.
  • "Kids Corner", un puzzle interactif pour les enfants.
Comme dans toutes les implémentations du genre (et toutes les grandes banques françaises ont au moins des tests en cours), ces applications tiennent plus de l'expérimentation que d'une véritable utilisation bancaire. Mais l'ajout progressif de nouvelles fonctions (dont la reconnaissance fine des objets, à découvrir dans la vidéo ci-dessus) offre de plus en plus d'opportunités d'imaginer des applications réellement utiles... Seul regret, pour tous ceux qui ont investi dans la première génération de Surface, les outils de développement ont été entièrement renouvelés et cette version 2 leur imposera de repartir (quasiment) de zéro.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)