C'est pas mon idée !

dimanche 9 janvier 2011

Micronotes veut introduire des publicités dans la banque en ligne

Micronotes
Créée en 2009 et lancée à l'occasion du Finovate Fall 2010, la jeune pousse Micronotes se positionne comme une sorte de régie publicitaire dédiée aux sites de banque en ligne.

Son idée est simple puisqu'il s'agit de capitaliser sur la fréquentation et la connaissance des clients de banque en ligne pour proposer un espace de communication web ciblé et à haut rendement aux "marketeurs". Ceux-ci ont ainsi à leur disposition une plate-forme, baptisée KulaQ, qui leur permet de choisir les segments de clientèle, établis sur des critères démographiques (classiques) et financiers, auxquels il souhaitent s'adresser.

Autre originalité, le format de communication adopté par Micronotes est celui de la "micro-interview". Il s'agit de courts questionnaires (ils ne doivent pas prendre plus de 30 secondes à compléter) à l'issue desquels le client est directement rémunéré (par un virement sur son compte) et reçoit également une promotion, dont la teneur peut être adaptée en fonction de ses réponses.

Pour remplir sa mission, la startup s'est associée à Yodlee, le célèbre aggrégateur américain de données financières, ce qui lui permet d'analyser les profils de dépenses de ses utilisateurs et offre ainsi des possibilités uniques de ciblage des consommateurs. L'application de gestion des "micro-interviews", KulaMula, est elle-même intégrée dans la place de marché des solutions complémentaires de Yodlee (MoneyCenter) et sera accessible à toutes les banques clientes de l'agrégateur dès 2011.

Micronotes

La solution de Micronotes, issue de recherches de la MIT Sloan School of Management, est présentée comme apportant une valeur ajoutée à toutes les parties. Pour les spécialistes du marketing, elle offre des capacités de ciblage sans équivalent et propose un format permettant de recueillir des informations préciseuses sur les consommateurs, à un coût très compétitif. Pour les établissements financiers qui l'intègrent dans leur plate-forme de banque en ligne, elle représente une source de revenus supplémentaire (ils perçoivent une "commission" à chaque réponse de leurs clients) et un facteur de fidélisation, si les consommateurs sont séduits par les offres qu'ils reçoivent. Enfin, aux consommateurs, KulaMula donne accès à des promotions ciblées et rémunératrices, sans quitter l'espace de la banque.

Pour compléter cette présentation, précisons deux points d'importance : d'une part, les banques disposent d'un contrôle sur les marques représentées sur leur site de banque en ligne et, d'autre part, l'accès aux offres est une démarche volontaire ("opt-in") des clients, qui ne se sentiront donc pas "bombardés" de publicité.

Sachant que les sites de banque en ligne sont parmi les plus fréquentés par les internautes, il constituent déjà naturellement un support de choix, jusque là inaccessible, pour tous les spécialistes du marketing interactif. Si on ajoute à cela les possibilités d'analyse des profils des visiteurs et le ciblage qui peut en découler, ils vont certainement ce précipiter sur cette opportunité. Il sera plus difficile de convaincre les banques mais elles seront peut-être sensibles aux arguments de Micronotes, notamment si les revenus supplémentaires qui leurs sont promis se concrétisent.

Après le cas de bundle.com, cette solution originale est une nouvel exemple d'exploitation des immenses gisements de données que possèdent les banques sur leurs clients. Et quel que soit leur avenir, ces expériences vont probablement déclencher une prise de conscience de cette valeur cachée chez quelques banquiers. Je ne serais pas étonné que 2011 voit l'émergence de nouvelles initiatives dans ce sens...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)