C'est pas mon idée !

samedi 9 octobre 2010

Quelques chiffres sur la virtualisation chez Crédit Suisse

Compte tenu de sa maturité, la virtualisation ne devrait plus être considérée comme un sujet innovant mais les faibles progrès en la matière des grandes entreprises du secteur financier justifient bien un article sur les résultats de Crédit Suisse après 3 ans d'efforts de consolidation et de virtualisation de ses serveurs informatiques.

L'objectif initial de la banque était d'éviter, ou, a minima, de différer le plus possible, la coûteuse construction d'un nouveau centre de production (data center), s'ajoutant à la trentaine qu'elle opère déjà à travers le monde. Mais un bénéfice collatéral important du projet est une meilleure maîtrise des besoins énergétiques : la croissance annuelle de la puissance électrique requise est ainsi passée de 600 à 200 kW (pour un total de 5 à 6 MW pour les centres installés aux Etats-Unis). Pourtant, le DSI de Crédit Suisse indique que "seuls" 25% des serveurs sont virtualisés (il serait d'ailleurs plus intéressant de connaître le taux de virtualisation, c'est-à-dire le rapport du nombre de serveur virtuels sur le nombre de serveurs physiques).

Les banques et compagnies d'assurance sont très consommatrices de puissance informatique et leurs besoins sont en croissance permanente, ce qui provoque une augmentation proportionnelle de leur consommation énergétique. Nombre d'entre elles tentent de réduire les coûts et l'impact environnemental de cette évolution, parfois avec des programmes "Green IT" lancés en grande pompe, mais bien peu affichent des résultats tangibles. La virtualisation est typique de ces contradictions : la technologie est solide et maîtrisée mais son utilisation reste pourtant marginale.

L'exemple de Crédit Suisse a le mérite de démontrer la réalité d'une démarche qui, pour certains responsables informatiques, relève encore de l'utopie…

Référence : ComputerWorld (cet article contient cependant quelques erreurs manifestes).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)