C'est pas mon idée !

dimanche 26 septembre 2010

A voir ailleurs : Scrum en 8 minutes

Scrum en 8 minutes
Axosoft, éditeur du logiciel de gestion de projet "OnTime", propose une courte vidéo de présentation de Scrum, la méthode agile la plus plus populaire dont elle s'est fait une spécialité.

Cet exposé intéressera non seulement les personnes impliquées dans les projets informatiques mais également leurs "clients", qui souhaitent toujours voir les applications qu'ils demandent livrées plus rapidement et sans défaut. Et même si vous n'envisagez pas de généraliser la méthode Scrum dans votre organisation, vous y trouverez des idées pour améliorer l'efficacité de vos processus de création de logiciels.

En 8 minutes, la vidéo aborde les 3 piliers de Scrum :
  • Les acteurs et leurs rôles respectifs dont les principaux sont le propriétaire du produit ("product owner"), qui représente le "client" et détermine le choix des fonctions à inclure dans le produit à livrer en en fixant les priorités, et le "scrum master" (le chef de projet), qui donne les moyens à toutes les parties prenantes de remplir leur rôle et assure le suivi du projet.
  • Le découpage du projet qui commence par la formalisation du "backlog" du produit, qui englobe toutes les fonctions envisagées (rêvées) dans le logiciel final. Le propriétaire du produit en extrait les fonctions nécessaires pour livrer une version utilisable du produit, ce qui conduit à un "backlog" de version, dans lequel chaque fonction est associée à une priorité et à une estimation du temps nécessaire à sa réalisation.
    Ce backlog est ensuite lui-même découpé en au moins 4 "sprints" (selon les priorités définies) dont l'objectif est de livrer intégralement les fonctions qui les composent en un temps court (de 3 à 30 jours). Un exemple de découpage : un "sprint" pour les fonctions essentielles, un pour les fonctions importantes, un pour les fonctions secondaires et un "sprint" de stabilisation (qui sera consacré à l'élimination des anomalies résiduelles).
  • Les techniques associées, dont le "scrum meeting" quotidien (réunion courte, de moins d'un quart d'heure), qui permet au "scrum master" de suivre l'évolution du projet et identifier les risques au plus tôt, et le "burndown", graphique de suivi au jour le jour de l'avancement du projet, rendu possible par les estimations initiales de charges associées à chaque fonction (donc à chaque "sprint"), la connaissance de la productivité moyenne de l'équipe et les retours de l'équipe lors des "scrum meetings".

Mes excuses pour les termes anglais qui émaillent ce texte, je n'ai pas jugé bon de traduire les désignations consacrées de la méthode...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)