C'est pas mon idée !

dimanche 8 août 2010

Le paiement mobile proche de l'ébullition ?

Paiement mobile
Le paiement mobile excite décidément les convoitises : dans un mois d'août généralement creux, j'ai noté 3 annonces relativement significatives dans le domaine, dans la seule semaine écoulée.

Cette série a commencé avec un rapport de Bloomberg indiquant que les deux plus gros opérateurs mobiles américains, AT&T et Verizon, prépareraient une joint venture autour du paiement sans contact sur mobile. Avec les intérêts conflictuels des émetteurs de carte (Visa, Mastercard), des banques, traditionnels opérateurs de paiement, et des opérateurs, qui voient d'un mauvais oeil l'utilisation de leurs réseaux sans profit pour eux, une telle opération ne serait pas réellement une surprise. Les analystes se sont d'ailleurs empressés d'y voir une menace pour les émetteurs et les banques.

Pourtant, une inconnue subsiste dans l'équation envisagée par AT&T et Verizon : il leur faudra convaincre les fabricants de téléphone d'intégrer une puce NFC (la puce sans contact qui gère la communication avec le terminal de paiement) dans leurs appareils. Et une fois que les téléphones seront équipés, d'autres acteurs pourront utiliser la technologie pour leurs propres applications. Les opérateurs ont certes le contrôle exclusif de la carte SIM, utile pour assurer la sécurité des transactions, mais un peu de créativité pourra certainement circonvenir cet obstacle.

Nous avons eu ensuite l'annonce par Visa du premier déploiement en Europe (en Turquie, en l'occurence) d'une carte microSD de paiement sans contact, avec la banque Akbank et la technologie In2Pay de DeviceFidelity. Cette solution peut sembler séduisante puisqu'elle permet d'installer la puce NFC dans tout téléphone acceptant une carte d'extension, sans attendre donc que les téléphones embarquent la technologie.

Malheureusement, elle n'est pas sans inconvénients. Tout d'abord, le logiciel associé requiert un smartphone (dont les ventes sont en croissance mais qui restent toujours minoritaires), la version actuelle étant même limitée aux Blackberrys (sans oublier qu'elle écarte de fait l'iPhone qui n'a pas de port microSD). Et, surtout, elle me semble ignorer l'usage "normal" d'un smartphone : aujourd'hui, ces appareils sont utilisés pour leur versatilité et la carte mémoire (qui est destinée au fameux emplacement microSD) est indispensable pour stocker musique, photos, vidéos... J'ai du mal à imaginer que le consommateur soit prêt à changer de carte (opération parfois complexe) pour réaliser un paiement !

FaceCash
Enfin, nous avons eu le lancement de FaceCash, développé par celui qui a "failli" créer Facebook avant Zuckerberg. Son idée est de remplacer la carte bancaire par un code barre, que l'utilisateur peut stocker sur mobile.

L'utilisateur crée un compte sur le site web ThinkLink, l'associe à un compte bancaire et se voit attribuer un code barre personnel. Lors du paiement, le commerçant scanne simplement le code barre, vérifie la photo du porteur (ce qui est présenté comme un mécanisme de sécurité, bien que je ne voie absolument pas en quoi il est possible de sécuriser un code barre et une photo...) et l'application de son terminal conclut la transaction.

Les avantages de FaceCash ? Pour le commerçant, les frais de transaction sont de 1,5%, ce qui représenterait la moitié de ce qu'il paye pour les achats par carte. Pour le consommateur, il dispose d'une application de gestion de ses achats et d'un moyen de paiement "simple et pratique", ce qui me semble mince pour convaincre, d'autant que l'application en question ne fonctionne, encore une fois, que sur des smartphones...

C'est quand je vois ce genre d'innovation (je fais toujours référence à FaceCash) que je me dis qu'une bulle est en train d'émerger... qui ne demandera qu'à exploser un jour ou l'autre. Avec toutes les solutions qui nécessitent l'installation de tel ou tel matériel et/ou logiciel chez le commerçant, les boutiques deviendraient rapidement des succursales du Sicob (pour ceux qui se souviennent) !

Il est tout de même étonnant de voir autant d'effervescence dans un domaine où les marges sont faibles et les modèles économiques ne sont viables que sur une grande échelle. Beaucoup de ces startups sont promises à une existence éphémère...

Les iniatives de paiement basées sur la technologie sans contact sont peut-être les plus sérieuses mais je ne crois pas que le succès soit proche. Les barrières à l'adoption sont toujours présentes, depuis près de 10 ans :
  • Le déploiement des terminaux de paiement sans contact (coûteux pour les commerçants) et la généralisation des puces NFC sont indispensables mais les deux s'attendent et la situation est bloquée.
  • L'appétence des consommateurs n'est pas avérée : les enquêtes montrent une certaine curiosité mais non un réel engouement. Et on le comprend car la proposition de valeur reste modeste.
L'exemple japonais est souvent cité pour démontrer le succès possible du paiement sans contact. Mais, d'une part, ce succès n'est peut-être pas si important qu'on le perçoit à quelques milliers de kilomètres de distance (voir à ce sujet l'excellent article de Kristin R. Moyer, du Gartner) et, d'autre part, les conditions locales sont très différentes :
  • Le paiement par carte n'a jamais été très développé au Japon et il a été plus facile de "sauter" des espèces au mobile.
  • La culture du téléphone mobile elle-même est très particulière dans un pays où le mobile est presque un substitut au PC.
  • Enfin, les relations entre opérateurs et fabricants japonais sont également différentes, permettant à NTT Docomo, par exemple, d'imposer la technologie sans contact dans tous les mobiles qu'il distribue.
Alors, le paiement mobile serait-il voué à l'oubli ? Non, bien sur. Il existe un fort potentiel pour des solutions simples (essentiellement à base de SMS) dans les pays émergents, avec leurs fortes populations non bancarisées. Et pour nous, le paiement sans contact finira certainement par décoller, mais il faudra encore du temps... à moins qu'une vraie proposition de valeur ne soit offerte aux consommateurs et aux commerçants !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)