C'est pas mon idée !

samedi 3 juillet 2010

inDinero, le PFM pour les petites entreprises

Après une période de test, inDinero, le service de gestion de comptes en ligne pour les petites entreprise est officiellement lancé. Après le succès du PFM ("Personal Finance Management") pour les particuliers, ce sont donc les entreprises qui vont maintenant pouvoir disposer de solutions similaires, dont la promesse est de simplifier la gestion des comptes et des budgets et d'améliorer leur visibilité sur leurs finances.

Comme la plupart des services de PFM, inDinero s'appuie sur le service de Yodlee pour l'aggrégation de compte (c'est à dire la connexion automatique aux services web des établissements financiers pour récupérer les écritures). Avec ces informations, inDinero offre des tableaux de bord riches et clairs, pour le suivi des comptes de l'entreprise au jour le jour ou pour l'analyse des tendances, des fonctions de filtrage et de classification avancées, pour des recherches plus détaillées et, prochainement, des capacités "prédictives" en fonction de l'historique des comptes et de données économiques externes.


La gestion des finances n'est pas une nouveauté pour les entreprises mais, pour la fondatrice d'inDinero, les solutions existantes (celles de Quicken en particulier) sont trop complexes pour les entrepreneurs, qui préfèrent se consacrer à leur métier plutôt qu'à maîtriser les arcanes de la comptabilité.

Comme pour le PFM, ces solutions de gestion de finances pour les petites entreprises se développent d'abord aux Etats-Unis. Mais, alors que le PFM a des difficultés à s'imposer en France (les français ne seraient pas intéressés par ce type de service ?), la proposition de valeur pour les entrepreneurs devrait être relativement facile à exporter et on ne peut qu'espérer que des solutions équivalentes voient le jour chez nous.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)