C'est pas mon idée !

mardi 8 octobre 2019

La « banque plate-forme » selon BBVA

BBVA
En amont de la table ronde sur l'« open banking » à laquelle je participe dans le cadre du Fin&Tech Summit 2019, une interview pour American Banker de la responsable produit de BBVA Open Platform nous permet de découvrir comment le groupe espagnol se projette dans l'univers de la banque ouverte et en fait une stratégie de croissance.

En complément de sa place de marché d'API, qui permet à des entreprises tierces d'accéder à des données et services financiers pour le compte de ses clients, la filiale de BBVA aux États-Unis a créé cette plate-forme afin de fournir à des startups, de la FinTech ou autre, une solution clés en main d'infrastructure bancaire, dont, naturellement, Simple, la jeune pousse qu'elle a acquise en 2014 est la première utilisatrice historique. Depuis, une dizaine d'autres sociétés l'ont rejointe, dont le robot d'épargne Digit.

Sans surprise, la première question posée à Susan French par rapport à cette approche est celle qui angoisse immédiatement tout dirigeant d'une institution financière auprès de qui serait évoquée cette possibilité de partager son savoir-faire : n'est-il pas dangereux de procurer ainsi des armes à des concurrents potentiels, voire avérés ? Pour BBVA, le risque n'est pas ignoré mais il s'accompagne d'une réflexion plus profonde et plus importante : il existe différentes méthodes pour une banque de conquérir des clients.

Son ancien président exécutif, Francisco González, avait déclaré il y quelques années vouloir faire de son établissement une banque de milliards de clients et cela reste un objectif à ce jour. Or, il est impossible d'envisager d'atteindre une telle échelle avec les modèles de distribution traditionnels, même quand les interactions digitales remplacent la relation avec un conseiller en agence. La seule solution viable consiste donc à s'appuyer sur des partenaires capables de répondre aux besoins de la multitude.

BBVA Open Platform

La plate-forme de BBVA est entièrement conçue et gérée en ce sens. En particulier, les startups qu'elle accueille sont sélectionnées selon une logique de collaboration étroite, après une évaluation rigoureuse destinée à évaluer leur potentiel de développement (et de réussite), avec des critères qui pourraient être ceux d'un investisseur, et leur capacité à adresser des attentes d'un segment de clientèle spécifique, tels que les travailleurs indépendants, les petites entreprises, les personnes endettées…

La vision de BBVA, qui se retrouve également dans le partenariat de sa filiale mexicaine avec Uber, dessine sans aucun doute la banque de demain. D'un côté, elle maintient (pour combien de temps ?) un profil classique, commercialisant des produits standardisés adaptés à une cible « conventionnelle ». De l'autre, elle accompagne la spécialisation de plus en plus précise des offres à l'attention de niches de clients plus ou moins étroites, en laissant à d'autres le soin d'en prendre en charge toute la complexité opérationnelle, dont, notamment, les aspects qui ne ressortent pas directement du domaine financier.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)