C'est pas mon idée !

lundi 8 juillet 2019

Cetelem rend la carte de crédit plus flexible

Cetelem
Pour diverses raisons et en dépit de l'incontestable popularité des offres affinitaires, la carte de crédit n'a jamais réellement réussi à se faire une place parmi les habitudes des consommateurs français. Avec sa nouvelle solution Cpay et la flexibilité extraordinaire qu'elle apporte à ses clients, Cetelem veut la rendre plus familière et « quotidienne ».

La première qualité de la carte, qui remplacera, d'ici à la fin de l'année, celle que possèdent aujourd'hui les 4 millions de porteurs de la marque est sa polyvalence. Pour chaque dépense éligible (c'est-à-dire dont le montant dépasse 100 euros, les retraits d'espèces étant également concernés), dans tous les commerces des réseaux Aurore et Mastercard, physiques ou en ligne, en France comme à l'étranger, il est possible de choisir un règlement au comptant, en plusieurs fois ou recourant au crédit contractuel associé, sans incidence sur la transaction elle-même ni pour le marchand.

Mieux encore, les modalités de paiement peuvent, dans la plupart des cas, être modifiées a posteriori. Dès l'enregistrement de l'opération, l'utilisateur reçoit un message électronique ou un SMS lui proposant de sélectionner sa préférence et il a jusqu'au lendemain soir pour prendre sa décision. Dans le cas où c'est un règlement au comptant qui a été retenu initialement, il est même permis de changer d'avis jusqu'au 10 du mois suivant, depuis l'espace personnel en ligne mis à disposition des clients.

BNP Paribas Personal Finance s'associe à Mastercard pour le lancement de sa carte Cpay en France

Pour Cetelem, l'objective de la démarche est naturellement de développer les usages et les ventes de ses produits de crédit, à la fois en en rendant l'accès universel, facile et instantané et en les mettant en avant dès que possible. Du point de vue du consommateur, en mettant de côté un instant les risques d'excès, la simplicité de mise en œuvre, qui lui permet de disposer d'une palette de solutions de financement sans avoir à jongler avec différents instruments de paiement ou à négocier un prêt auprès de son banquier, peut constituer un facteur important pour l'aider à maîtriser son budget.

Cependant, en suivant cette logique, il semblerait tellement plus sain (et productif à long terme, vraisemblablement) de ne pas laisser le porteur de la carte de crédit seul face à ses responsabilités et à ses impulsions, potentiellement irrationnelles. Le concept prendrait en effet beaucoup plus de sens s'il adoptait la forme d'un compagnon de proximité, capable de comprendre sa situation (globale) et de lui recommander la meilleure option pour chacune de ses emplettes. Peut-être dans une itération future ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)