C'est pas mon idée !

jeudi 13 septembre 2018

L'encaissement instantané, avec PayPal

PayPal
Les consommateurs ne sont pas les seuls à exiger des services financiers en temps réel : les commerçants qui attendent parfois jusqu'à 3 semaines (aux États-Unis, en tous cas) le transfert sur leur compte des sommes que leurs clients payent par carte ne supportent plus de tels délais ! Heureusement, PayPal vient à la rescousse.

C'est encore une de ces injustices historiques auxquelles les banques nous ont sournoisement habitués au fil du temps, sans que nul n'ait plus conscience de leur existence. En l'occurrence, les encaissements par carte sont généralement retenus pour une durée plus ou moins longue afin, notamment, de maîtriser les risques de fraude (sur les moyens de paiement) et les possibilités de réclamation des acheteurs. Mais, au moins dans le premier cas, pourquoi les marchands devraient-ils assumer les insuffisances et les limitations des procédures de sécurité des banques ?

Pour PayPal, dont des millions d'utilisateurs sont des TPE et PME pour lesquelles la gestion de la trésorerie est un enjeu majeur de développement, sinon de survie, les technologies modernes permettent de mettre fin à cette anomalie. L'entreprise propose donc à ses meilleurs clients (américains), sans coût supplémentaire, de recevoir en quelques secondes les montants des achats qui leur sont réglés sur leurs sites de e-commerce, dans leurs applications mobiles, en magasin (grâce au terminal Here)…

PayPal Funds Now

Naturellement, la démarche n'est pas sans danger, par exemple quand il faut rembourser un consommateur mécontent. Mais il s'agit d'un domaine dans lequel une « simple » analyse de données suffit à apporter une réponse optimisée. Ainsi, PayPal réserve son option « Funds Now » aux commerçants qui ont validé leur informations de compte et, surtout, dont l'historique de transactions (qui doit couvrir un minimum de 6 mois) confirme qu'ils sont dignes de confiance. Le filtre est tolérant : durant la période de test, un million d'entreprises (sur un total de 19,5 millions) ont déjà satisfait à ces critères.

C'est désormais une certitude : les nouveaux entrants ne laisseront passer aucune des frustrations et frictions qui émaillent les services financiers tels qu'ils ont été conçus et implémentés depuis des décennies ou des siècles. Voilà bien l'enjeu de l'expérience utilisateur, qui impose d'offrir des parcours toujours plus fluides aux clients. Et si, par leur vision externe, les acteurs émergents ont une position avantageuse pour identifier ces déficiences, les banques doivent aussi s'empresser de les éradiquer au plus vite.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)