C'est pas mon idée !

dimanche 21 janvier 2018

Yahoo attaque la banque !

Tanda
Bien que son aura ait sensiblement diminué au cours des dernières années, Yahoo (renommée Oath depuis son acquisition par Verizon) n'en reste pas moins un géant du web et sa nouvelle application Tanda représente une incarnation, pour le moins intéressante, de la menace que ces acteurs font progressivement peser sur le secteur financier.

En ciblant les jeunes adultes avec une solution d'épargne et de crédit qui joue intelligemment sur leurs réflexes collaboratifs et sociaux afin de répondre aux défis de leur vie quotidienne, Tanda peut en effet être considérée, dans une certaine mesure, comme une concurrente sérieuse des cartes de crédit classiques (et parfois pernicieuses). Et, comme elle introduit en outre une perspective pédagogique des bonnes pratiques de gestion financière au cœur de son approche, elle a tout pour séduire…

Mais de quoi s'agit-il ? En pratique, Tanda est une simple déclinaison du système de tontine traditionnel. Le nouvel utilisateur est donc invité à constituer ou rejoindre un groupe de 5 ou 9 personnes, dans le but de créer une cagnotte en commun : toutes les deux semaines ou tous les mois, chacun contribue une somme identique et l'un des membres, à tour de rôle, collecte la totalité des dépôts ainsi accumulés. À ce dispositif de base, Yahoo ajoute quelques fonctions pour plus de sécurité et d'engagement.

En particulier, plusieurs mécanismes sont mis en place pour établir la confiance indispensable entre les membres d'une tontine (assurée par la relation de proximité dans le modèle d'origine). En premier lieu, l'identité des participants est rigoureusement contrôlée lors de l'enrôlement (par le partenaire en charge des transferts financiers, Dwolla). Surtout, Tanda gère un équivalent social relativement sophistiqué d'un score de crédit de ses utilisateurs, qui lui permet de garantir la subrogation en cas de défaut.

Accueil Tanda

Cette notation évolue au fil des usages : partant d'un niveau minimal à l'inscription, elle s'accroît au fil des cagnottes menées avec succès et se trouve pénalisée par les incidents (retards dans une contribution, retrait prématuré d'un groupe…). Or, au moment d'entrer dans un groupe, chaque participant peut choisir sa position dans l'ordre des remboursements mais les premières places (qui donnent accès à un vrai substitut à un crédit) sont réservées à ceux qui ont un score élevé, et sont donc les plus fiables.

Toujours selon cette même logique de maîtrise des risques, Tanda limite également le montant des cagnottes accessibles selon le score des contributeurs, le maximum de 2 000 dollars étant réservé aux utilisateurs « premium ». Dans un autre registre, d'incitation aux comportements financiers responsables, l'application prélève une commission sur les deux premiers versements (ceux qui correspondent à une avance) et, inversement, offre un bonus de 2% à celui qui choisit d'être le dernier bénéficiaire.

Jusqu'à ce jour, les incursions des géants du web dans l'univers de la finance personnelle sont restées plutôt discrètes. L'initiative de Yahoo est pourtant représentative du potentiel de ces acteurs, entre leur large base de clients fidèles et leur capacité à capitaliser sur la culture des jeunes générations. Il ne faut pas s'y tromper : d'une manière ou d'une autre, le mouvement prendra de l'ampleur et risque de surprendre les institutions qui ne s'y seront pas préparées en apprenant à manier les « codes » du monde moderne.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)