C'est pas mon idée !

samedi 10 décembre 2016

Bitcoin dans une prévision choc de Saxo Bank

Saxo Bank
Comme chaque année, les spécialistes de Saxo Bank nous livrent leurs « prévisions choc » pour 2017, une compilation de 10 scénarios hautement improbables mais susceptibles d'affecter profondément les investisseurs. Pour la première fois cette année, le bitcoin y occupe une place de choix, à la faveur de conditions économiques incertaines.

Plusieurs des hypothèses proposées par Saxo répondent à l'élection surprise de Donald Trump à la présidence des États-Unis. La sixième, en particulier, suggère une dérive du déficit budgétaire américain, entraînant un regain de croissance et d'inflation, qui conduirait mécaniquement à une hausse des taux… et du dollar. Les marchés émergents et la Chine seraient frappés de plein fouet par l'effet domino. Rien d'invraisemblable jusque-là. Mais imaginons alors que le bitcoin devienne une valeur refuge…

Il « suffirait » pour que se réalise ce scénario que quelques grands acteurs internationaux commencent à rechercher des monnaies d'échange indépendantes des banques centrales. Logiquement, les crypto-devises apparaissent comme une solution – d'autant plus plausible que l'instabilité se développe – et le bitcoin, aves ses 8 ans d'existence, fait figure de candidate la plus sérieuse. Un petit coup de pouce, sous la forme d'une acceptation officielle par des états particulièrement menacés, finaliserait le mouvement.

La conclusion de cet enchaînement de circonstances serait, selon Saxo Bank, une hausse substantielle du cours du bitcoin, de près de 700 et quelques dollars aujourd'hui à plus de 2 000 dollars. Cette vision est intéressante par le seul fait qu'elle confirme la légitimité de la monnaie virtuelle parmi les instruments des traders, sinon des investisseurs. En revanche, elle semble limitée dans sa mise en perspective de l'impact que pourrait avoir une perte de confiance dans une devise. Prolongeons la réflexion…

Prévisions Choc 2017 Saxo Bank

Les exemples de transferts de confiance commencent à se multiplier à travers le monde. Il y eut la crise grecque, dont les effets continuaient à se faire sentir en 2015 sur l'utilisation de bitcoin. Plus récemment, la chute brutale du Bolívar au Vénézuela a déclenché les mêmes réflexes. Enfin, dernier cas en date, le retrait inattendu des billets de 500 et 1 000 roupies en Inde a également provoqué un sursaut d'intérêt pour les plates-formes locales de change de la crypto-devise et une montée générale des cours.

Bien sûr, ces soubresauts restent marginaux, face à des perturbations majeures (quand le Bolívar perd la moitié de sa valeur en quelques mois, la volatilité du bitcoin inquiète relativement peu…). Cependant, le modèle est désormais bien établi et, à chaque crise financière ou monétaire, une proportion plus importante de la population, mieux informée que lors de la précédente, se tourne vers une option perçue autant comme une protection personnelle que comme un signal de défiance vis-à-vis des institutions.

Or, pour l'instant, ces débuts de « fièvre bitcoin » ne se sont pas étendus parce qu'ils répondaient à des difficultés purement locales. Mais que se passerait-il si une crise sévère affectait un marché tel que les États-Unis, avec des répercussions sur les économies du monde entier ? Que deviendrait le bitcoin si une petite fraction des habitants, commerçants, entreprises… de tous les pays affectés commençaient simultanément à adopter une monnaie virtuelle pour leurs échanges quotidiens ?

La première conséquence serait peut-être la réduction du poids de la spéculation sur l'évolution du cours de la crypto-devise, dont le comportement serait ainsi plus influencé par son usage dans le commerce international. Cela pourrait aboutir à une augmentation de la confiance, induisant un cycle vertueux de développement de l'adoption… Oui, nous sommes toujours dans un scénario de science-fiction, mais il ne concerne plus uniquement une poignée d'individus intéressés par des variations de taux de change…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)