C'est pas mon idée !

dimanche 14 août 2016

People's Lab, l'intrapreneuriat selon BNP Paribas

BNP Paribas
J'évoquais récemment l'idée de repérer les futurs entrepreneurs dans les grands groupes, afin de profiter de leur énergie créative avant qu'ils ne partent voler de leurs propres ailes. Naturellement, les expériences du genre ne manquent pas et BNP Paribas en fournit ainsi un exemple avec son People's Lab, initié en 2014 et dont une interview de sa fondatrice, Sabrina Murphy, éclaire les coulisses.

En complémentarité avec les autres dispositifs d'innovation existants dans la banque, entre structures internes dédiées et partenariats avec des startups, celui-ci a pour vocation de stimuler l'intrapreneuriat, en visant 3 objectifs simultanés : développer l'engagement des collaborateurs qui désirent créer quelque chose au sein de leur entreprise, faciliter et accélérer le déploiement de nouveaux concepts et cultiver une valeur d'intelligence collective dans l'ensemble de l'organisation.

La démarche retenue est pragmatique, tout en restant relativement légère. À intervalle régulier (tous les 6 mois ?), les salariés volontaires sont appelés à soumettre leur projet à un comité de sélection, qui en retient une quinzaine, environ. Les heureux élus vont alors consacrer 1 journée par semaine, pendant 4 mois, à peaufiner leur idée et mettre au point un « MVP » (Produit Minimum Viable), dans la plus pure tradition Lean Startup. En fin de parcours, une séance de « pitches » décide de la poursuite ou non de l'aventure.

Tout au long de la période d''incubation, qui se veut également être une expérience collaborative, les participants bénéficient d'un accompagnement, assuré par des intervenants internes et externes, dans un environnement propice à l'innovation (le WAI, où sont aussi accueillies les initiatives telles que Innov & Connect ou l'accélérateur FinTech de BNP Paribas). Ils peuvent de la sorte appréhender à la fois les bases de la création d'activité et les arcanes des métiers qu'ils cherchent à transformer.

People's Lab BNP Paribas

À ce stade de la présentation, je ne peux éviter de souligner les limites du People's Lab. La première de celles-ci est une question d'échelle. L'ambition de faire évoluer la culture d'un groupe de près de 200 000 personnes semble en effet disproportionnée en comparaison de la trentaine de collaborateurs impliqués chaque année. Sans aller jusqu'au modèle (controversé) des « 20% Google », l'ampleur des efforts de BNP Paribas devrait être considérablement étendue pour leur donner un impact sensible.

Autre source d'inquiétude potentielle, aucune démarche structurée ne paraît être mise en place en prolongement de la phase d'incubation que représente le People's Lab. Certes, les « pitches » finaux permettent aux intrapreneurs d'obtenir les ressources nécessaires pour poursuivre leur projet, le cas échéant, mais il n'est plus, après, question d'accompagnement ou de support. Si, comme il est – hélas ! – fort probable, l'étape suivante revient à des méthodes et processus de développement traditionnels, il faut craindre démotivation des participants et enlisement des réalisations.

Quels que soient ses défauts, l'initiative de BNP Paribas constitue tout de même un progrès, dont les résultats, aussi modestes soient-ils, ne peuvent qu'aller dans le bon sens : satisfaction des participants, sensibilisation de leurs responsables hiérarchiques, développement de l'innovation… Il ne reste qu'à capitaliser sur ces débuts prometteurs et compléter l'approche pour lui donner une autre dimension, susceptible de réellement transformer le cœur de la banque dans un intervalle de temps raisonnable…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)