C'est pas mon idée !

vendredi 15 janvier 2016

ImaginBank, 100% mobile et sociale

imaginBank
En lançant imaginBank, La Caixa crée la première « grande » banque exclusivement mobile d'Espagne. Son offre s'avère particulièrement complète, notamment par rapport aux initiatives comparables ailleurs dans le monde. Elle pourrait même esquisser une stratégie de migration vers un nouveau modèle de services conçu pour le XXIème siècle.

Le socle d'imaginBank est classique. Il se compose d'un compte courant, d'une carte de débit et, naturellement, d'une application mobile (pour Android et iOS), qui constitue le seul moyen pour les clients d'interagir avec leur compte. Elle propose la consultation des soldes et des dernières opérations, la gestion de budget, les échanges d'argent entre particuliers (P2P)… et, plus largement, l'exécution de toutes les transactions. Sans surprise, l'ensemble est gratuit, à la souscription comme à l'utilisation.

S'inscrivant dans les usages des consommateurs « digitaux », imaginBank développe par ailleurs une forte présence sur les réseaux sociaux : son service client peut être sollicité – 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 – par Twitter et via la messagerie instantanée WhatsApp, tandis qu'une application Facebook donne accès à la consultation des comptes – en toute sécurité – sans quitter la plate-forme. En complément, une fonction de tchat privé est également incluse dans l'application mobile.

Cependant, imaginBank ne s'en tient pas à ce « minimum syndical » et elle intègre dès l'origine une vaste palette de produits additionnels. Il s'agit, par exemple, d'une solution de crédit à la consommation (jusqu'à 15 000 euros), assortie d'un mécanisme de pré-accord, pour une mise en place rapide. Dans un autre registre, les moyens de paiement innovants de La Caixa font aussi partie de la panoplie : bracelet et autocollant sans contact ou encore paiement via le smartphone (sur les appareils compatibles).

imaginBank sur tablette

Avec un peu de recul et beaucoup d'optimisme, une telle richesse laisse entrevoir une approche radicale de la part du groupe espagnol : là où les banques mobiles « habituelles » ressemblent souvent à des produits d'appel, imaginBank se positionne plus comme une solution globale (bien qu'il lui reste encore à compléter son catalogue), destinée à une catégorie de clientèle sensible à une nouvelle forme de relation mais qui ne se satisferait pas nécessairement d'une offre basique.

Dans cette perspective, la manière dont La Caixa qualifie la cible qu'elle vise avec son initiative est loin d'être anodine : « pour les jeunes, quel que soit leur âge ». Voilà un indice révélateur d'une compréhension de l'évolution des comportements… Certes, les « digital natives » sont probablement aujourd'hui les plus intéressés par un compte sur leur smartphone et des échanges sur les réseaux sociaux. Mais la tendance gagne progressivement d'autres catégories de population et il faut savoir répondre à leurs attentes. Quitte à cannibaliser les modèles historiques !

ImaginBank est en effet une deuxième banque, à part entière, dans le giron de La Caixa, fondée sur des principes réinventés – transparence, simplicité (mais encore peu de personnalisation) – et destinée autant à capter de nouveaux clients que fidéliser les 30% des espagnols de 18 à 35 ans qui possèdent déjà un compte. La lucidité consiste à comprendre qu'une partie de ces consommateurs désirent une relation différente, le courage est de redémarrer (presque) à zéro pour tenter de les satisfaire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)