C'est pas mon idée !

vendredi 5 juin 2015

Vers le crowdfunding d'impulsion ?

Tendr
Si la finance participative – sous toutes ses formes – fait aujourd'hui partie intégrante du paysage numérique, son immense popularité représente un défi majeur pour les porteurs de projets, qui peinent à conquérir un peu de visibilité parmi les milliers d'offres exposées sur les centaines de sites spécialisés existants.

Dans un sens, la jeune pousse Tendr apporte une réponse à cet enjeu. En répliquant les recettes ludiques de la célèbre application mobile de rencontres Tinder, sa solution permet aux consommateurs de suivre très simplement l'actualité des campagnes de crowdfunding (en investissement) publiées sur les principales plates-formes du marché (uniquement britannique, pour l'instant), telles que Seedrs, CrowdCube ou AngelList, pour n'en citer que quelques-unes. Cependant, ce n'est là qu'un aspect du concept.

Mais comment fonctionne donc cette application ? Après l'enregistrement de quelques préférences (par exemple la fréquence des notifications), l'utilisateur va recevoir régulièrement sur son téléphone les annonces des nouvelles demandes de financement, au fur et à mesure de leurs mises en ligne sur les sites « partenaires ». Pour chacune d'elles, outre la possibilité d'affichr une présentation détaillée, il suffit d'un geste de balayage vers la droite ou vers la gauche pour indiquer son intérêt ou son indifférence.

Tendr sur iPhone

En l'état, Tendr ne permet pas d'investir directement : le fait d'enregistrer une appréciation pour un projet n'est rien de plus qu'un moyen de constituer rapidement une liste de favoris, à partir de laquelle le mobinaute peut, à tout moment, agir ou non. Ainsi, s'il souhaite concrétiser, il a seulement à sa disposition un bouton d'accès à la plate-forme source. Cette limitation pourrait toutefois disparaître, à terme, ne serait-ce que dans le but de définir un modèle économique, à base de commission d'apporteur.

Dès lors, pourquoi ne pas imaginer une véritable solution d'investissement d'impulsion ? L'utilisateur configurerait le montant (par défaut) qu'il souhaite consacrer à chacun de ses coups de cœur (avec un seuil aussi bas que possible, idéalement) et il n'aurait plus qu'à valider ses choix de participation d'un glissement de doigt sur les différentes campagnes qui lui sont proposées. Après tout, si le modèle de Tinder séduit pour les rencontres amoureuses, il n'y a aucune raison qu'il n'obtienne pas autant de succès pour la gestion d'un portefeuille de finance participative !

À lire également à propos de Tendr, cet article de TechCrunch.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)