C'est pas mon idée !

samedi 9 août 2014

IBM : achetez un consultant en ligne !

IBM
Parmi les secteurs menacés par la fameuse « révolution numérique » (en existe-t-il seulement qui ne soient pas concernés ?), il en est un dont il est rarement question, alors que sa transformation pourrait avoir un impact considérable sur les grandes entreprises. Je veux parler du « consulting » (le conseil, en bon français ?).

Aujourd'hui dominé par quelques grands cabinets généralistes (vous les connaissez tous) et soutenu par une myriade de petites structures souvent plus spécialisées (dont Conix !), le métier n'a pas réellement évolué depuis ses débuts et, par exemple, les plaisanteries sur les présentations PowerPoint recyclées des consultants sont les mêmes depuis 20 ans… Pourtant, le changement arrive et l'un des premiers épisodes d'une saga en gestation nous vient tout droit d'IBM.

L'annonce du lancement d'une nouvelle offre de service, baptisée « IBM Global Services Online », a en effet de quoi sérieusement retenir l'attention. Destinée pour l'instant uniquement aux marchés américain et britannique, elle propose ni plus ni moins que d'acheter en ligne des prestations de conseil, forfaitaires, payables par carte bancaire (entre autres moyens de paiement acceptés). Le futur Amazon du consulting serait-il en train de naître sous nos yeux ?

Les 5 domaines couverts actuellement (le catalogue s'enrichira au fil du temps) sont parfaitement cadrés (bien qu'ils comportent de multiples options) et suffisamment génériques pour intéresser nombre d'entreprises : revue des performances des applications Oracle, audit des applications SAP, migration des applications mobiles…. Il faut cependant s'arrêter sur « l'analyse des médias sociaux et de la connaissance client » qui, contrairement aux autres, s'adresse aux directions marketing et commerciale et non aux DSI…

IBM Global Business Services Online

La stratégie d'IBM avec cette initiative paraît singulièrement ambiguë. Certes, l'entreprise cherche – depuis longtemps et de manière de plus en plus pressante avec la chute de ses activités dans le matériel – à développer sa division de services. Et l'approche adoptée cible directement les faiblesses structurelles de cette dernière, en se focalisant sur des interlocuteurs « métier » qui ne lui sont pas habituels et sur des marchés (ceux des technologies de ses concurrents) qu'elle n'a toujours pas réussi à pénétrer. Mais il est tout de même surprenant de vouloir le faire en banalisant l'offre.

Avec une pointe de cynisme, il est facile d'arguer que les prestations de conseil classiques des grands cabinets sont tellement standardisées qu'une commercialisation sous forme de forfait « prêt à consommer » n'est qu'une évolution naturelle. Il s'agit justement là d'un des effets possibles de la révolution numérique, qui automatisera peut-être même un jour entièrement ce versant du métier. La logique est donc du côté d'IBM, mais son corollaire l'est moins : ce modèle va entraîner des baisses de marge…

Il est vrai qu'une grande organisation de ce genre n'a peut-être pas réellement le choix que de s'orienter vers cette sorte d'industrialisation, faute de capacité de mutation plus profonde. De l'autre côté, comme dans tous les secteurs, le conseil s'orientera nécessairement vers une plus grande « centricité » client, basée sur des expertises individuelles, complexes, multiples et recombinables à la demande, que les petites structures agiles sauront certainement mieux mobiliser.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)