C'est pas mon idée !

mercredi 26 mars 2014

Citi : la banque privée aussi devient mobile

Citi Private Bank Mobile
Malgré quelques timides exceptions (par exemple chez BNP Paribas), la banque privée reste largement considérée comme un monde de relation humaine, dans lequel les services mobiles n'auraient pas vraiment leur place. Avec les dernières évolutions de son application dédiée à ce segment, Citi ouvre la voie à une nouvelle vision.

Alors que, depuis son origine, le logiciel pour iPad (puis pour iPhone) de Citi Private Bank se contentait de proposer des publications et autres contenus multimédia à sa clientèle fortunée, la récente mise à jour le transforme en une solution riche, ajustée au mieux aux attentes de sa cible. Changement le plus visible dans cette refonte, l'utilisateur dispose dorénavant d'une vue complète et détaillée de son patrimoine, avec analyse de performance, outils de simulation, rapports personnalisés…

Cependant, l'objectif de l'initiative n'est en aucun cas de remplacer le contact humain qui justifie le concept de banque privée (d'ailleurs particulièrement élitiste chez Citi, puisque s'adressant aux personnes possédant plus de 25 millions de dollars d'actifs). Il s'agit en réalité de donner au client une vue sur ses finances qui soit l'exact reflet de celle qu'a son conseiller, ce qui permet à la fois de faciliter leur dialogue et de lui en offrir l'accès où et quand il le souhaite, exigence désormais normale du monde moderne.

Citi Private Bank sur iPad

Les futures évolutions prévues prolongent encore cette ambition. Par exemple, d'ici le mois de juin, l'application devrait intégrer une fonction de prise de rendez-vous, ainsi qu'une option de visiophonie pour la tenue de réunions à distance. A plus long terme, la banque envisage même d'ajouter une possibilité de « revue de pairs », c'est-à-dire la comparaison du profil (financier) de l'utilisateur avec ceux (anonymisés) d'autres personnes dont la situation est plus ou moins similaire.

La démarche de Citi vise donc clairement à renforcer l'engagement de ses clients avec leur banque, sans remettre en cause son approche de conseil personnalisé. Dans cette perspective, elle introduit la transparence que chacun attend de ses « partenaires » de la vie courante, tout en capitalisant sur les opportunités offertes par les technologies. La démonstration est ainsi faite que la révolution numérique n'est pas nécessairement un inducteur de l'automatisation à outrance et de la déshumanisation de l'expérience client…

2 commentaires:

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)