C'est pas mon idée !

lundi 24 mars 2014

Aviva fait les yeux doux aux startups

Aviva
Parmi les grands groupes du secteur financier, les compagnies d'assurance n'ont pas été, jusqu'à maintenant, les plus enclines à rechercher leurs futures innovations auprès de startups. La tendance est pourtant en train de s'inverser et, après les récentes initiatives d'Axa, la britannique Aviva se lance à son tour…

Il est vrai que l'entreprise possède un avantage certain dans cette aventure : étant basée à Londres, elle se trouve au cœur de la capitale européenne (sinon mondiale) de la finance technologique. Elle profite donc fort opportunément de la « London FinTech Week », un événement exceptionnel dont elle est un des principaux sponsors (et qui débutait ce matin), pour révéler sa nouvelle passion pour les jeunes pousses qui pourraient l'aider à réinventer ses métiers.

Composée de mini-conférences, d'échanges plus ou moins organisés, d'expositions, de séances de présentation de startups… cette semaine (qui durera en fait 10 jours) représente déjà en soi un enjeu important pour Aviva et les autres grandes organisations présentes (dont plusieurs banques). Son objectif est de permettre à des entreprises établies et à des jeunes pousses de se rencontrer et de réfléchir ensemble autour de 5 grandes thématiques (assurance, paiements, big data et sécurité, trading…).

London FinTech Week

Dans un registre plus concret, à la fin de cette semaine, la compagnie co-organise un hackathon pour tenter de stimuler la création de nouvelles solutions susceptibles d'intéresser le secteur de l'assurance, qu'il s'agisse d'analyse prédictive, d'assurance participative, d'utilisation du « cloud computing » ou des « big data »… La promesse aux participants est de faire des rencontres utiles et de pouvoir remporter des prix attractifs (notamment des places dans des structures d'incubation).

La présence de 3 dirigeants d'Aviva dans le jury qui désignera les vainqueurs prouve la réalité de l'engagement de l'entreprise dans l'initiative et les critères de sélection retenus – innovation, exécution et viabilité – démontrent sa volonté d'obtenir des résultats concrets. En revanche, les conditions du concours, sans aucune orientation sur les domaines d'application souhaités, laissent planer un petit doute sur les chances de succès (même si près de 100 personnes sont déjà inscrites à l'heure actuelle).

Enfin, pour prolonger l'événement ponctuel de la FinTech Week, Aviva expérimente également un programme de « disrupteurs de l'assurance » (« Insurance Disrupters »), consistant en une série de 5 ateliers de créativité thématiques, ouverts aux professionnels de l'assurance et aux entrepreneurs, dont le but est de dialoguer librement autour de la chaîne de valeur de l'assurance, les impacts de la technologie sur celle-ci et les opportunités qui pourraient en être dégagées.

Au travers de ces différentes actions, la vision d'Aviva semble limpide : les technologies sont en passe de transformer ses métiers et il est indispensable de préparer la transition. Rien de plus logique dans ces conditions que de faire appel aux talents de startups – qui ne sont pas, elles, encombrées de préjugés et d'un historique lourd – afin d'identifier les meilleures directions à prendre. Et, ainsi, le secteur de l'assurance rejoint les autres dans la recherche des stratégies gagnantes qui permettront de survivre à la révolution numérique en cours…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)