C'est pas mon idée !

mercredi 11 décembre 2013

ANZ teste la biométrie vocale sur mobile

ANZ
Face à la progression de la cybercriminalité, la sécurité de la banque à distance reste un enjeu de taille pour les institutions financières et la croissance fulgurante des accès mobiles ne le rend que plus critique encore. Les approches biométriques s'imposent progressivement comme les solutions les plus prometteuses à court et moyen terme.

Logiquement pour ces technologies en émergence, les mises en œuvre actuelles – dont la plupart ne dépassent pas le stade expérimental – sont extrêmement variées, autant dans leurs choix techniques que dans les cas d'usage auxquels elles s'appliquent. Dans ce contexte, le test qu'est en train de réaliser la banque australo-néo-zélandaise ANZ représente un exemple relativement original.

Il s'agit en effet d'intégrer un dispositif de reconnaissance vocale au cœur de l'application mobile de l'établissement. Mais, plutôt que d'en faire le moyen d'authentification principal, il n'est ici utilisé qu'en complément du classique couple identifiant – mot de passe, pour l'exécution de transactions particulièrement sensibles, en l'occurrence les virements de plus de 1 000 AUD.

En pratique, le système demandera donc au client de répéter (oralement) une phrase au moment de valider son opération. Les caractéristiques de sa voix seront alors comparées avec un échantillon de référence conservé par la banque, afin de confirmer son identité.

La stratégie d'ANZ – apparemment anodine – pour l'introduction de la biométrie s'avère en réalité mûrement réfléchie. Tout d'abord, elle se substitue à une technique largement répandue, d'envoi d'un code à usage unique par SMS, aujourd'hui menacée par des attaques ciblées et, surtout, totalement inadaptée à une intégration dans une application mobile (le code étant reçu sur l'appareil même où s'effectue la transaction).

Plus important, elle permet de familiariser les clients à la sécurité biométrique sans les brusquer, puisque, actuellement, les opérations « risquées » concernées sont interdites dans les solutions mobiles de la banque. L'option de reconnaissance vocale ne peut en conséquence être perçue que comme un facteur (optionnel) d'enrichissement du service offert et non comme un obstacle supplémentaire.

D'une manière générale, la prudence semble être la règle dans la démarche d'ANZ, puisque la généralisation de la reconnaissance vocale n'est envisagée qu'à un horizon plutôt lointain, de 18 mois. Au vu des questions que la biométrie soulève, à la fois du point de vue de son accueil par les consommateurs et des nouveaux risques qu'elle pourrait induire, une telle modération ne saurait cependant lui être reprochée.

ANZ

1 commentaire:

  1. Merci pour l'info. Pour moi c'est aussi l'avènement de la reconnaissance vocale. On a fait des pas de géant dans ce domaine en 10 ans. Désormais la.machine reconnaît la voix sans apprentissage.. une belle évolution mais qui ne nous apportera pas la bière qui est danszle frigo ;)

    RépondreSupprimer

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)