C'est pas mon idée !

samedi 24 août 2013

La Caixa propose de personnaliser sa carte bancaire selon son profil Facebook

La Caixa
Alors que les jeunes du monde entier passent une part de plus en plus importante de leur "vie en ligne" sur les médias sociaux, les institutions financières recherchent toujours les meilleurs moyens de mettre à profit cette tendance. L'espagnole La Caixa a imaginé une approche originale pour y parvenir, autour de ses services de personnalisation de carte bancaire.

Dans cette annonce en deux parties, la première concerne une application Facebook permettant de souscrire une carte, sans jamais quitter l'espace du réseau social. Les options offertes sont variées puisque le client pourra, par exemple, choisir entre un remplacement et une nouvelle carte ou encore commander une carte prépayée, pour lui-même ou pour un proche. De plus, il aura la possibilité de sélectionner le visuel de sa carte parmi les photos enregistrées sur son profil.

L'autre nouveauté présentée adopte une logique inverse qui s'avère beaucoup plus subtile : afin d'aider le détenteur de compte à personnaliser sa carte sur son site web, La Caixa l'invite à lui donner accès à son profil Facebook. A partir des informations qu'elle va y recueillir – ville de résidence, signe du zodiaque, lieux récemment visités, sports favoris… ou encore les affinités exprimées (via des "likes") – la banque va identifier et lui proposer les visuels (jusqu'à 9) qui devraient lui plaire parmi les plus de 250 que compte son catalogue.

Personnalisation des cartes bancaires à La Caixa

Ce service est particulièrement notable, non seulement parce qu'il constitue, en soi, une approche insolite de l'intégration des médias sociaux dans l'univers bancaire mais aussi, et surtout, parce qu'il aborde, bien que de manière relativement anecdotique, la révolution de l'exploitation des données personnelles des clients, issues de sources externes à l'entreprise, pour la personnalisation d'une offre commerciale.

Sans en avoir l'air, La Caixa est donc en train de mouiller un doigt de pied dans le grand bain des "big data" (ou, pour éviter l'abus de termes à la mode, l'analyse de données massives et hétérogènes) dans la relation client. En effet, qui sait, après une première expérience de ce genre, jusqu'où pourra aller l'utilisation des informations collectées au hasard des interactions des internautes avec la banque, aussi bien à des fins marketing que commerciales ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)