C'est pas mon idée !

lundi 4 mars 2013

Brèves : Bradesco, Empruntis, Rabobank, Bitcoin

Médias sociaux, services mobiles, personnalisation du web, voilà des thèmes plutôt classiques pour les services financiers. Chacun dans un de ces domaines, les 3 exemples qui suivent vont un peu plus loin que leurs prédécesseurs, sans révolution. Les petits pas sont aussi importants que les bonds en avant... Ces derniers étant représentés par l'actualité autour de Bitcoin.


Bradesco
La brésilienne Bradesco était, au début de 2012, parmi les pionnières des services bancaires sur Facebook. Elle est désormais la première (à ma connaissance) à offrir l'accès au crédit depuis le réseau social, complétant ainsi une palette de service déjà riche (consultation des comptes, virements, rechargement de mobile, paiement de factures...).

Il est vrai que, pour l'instant, l'option ne concerne que les clients disposant d'une ligne de crédit pré-approuvée, qu'ils pourront donc débloquer depuis le réseau social. Mais cet ajout semble démontrer que les applications bancaires intégrées dans Facebook sont suffisamment populaires auprès des clients pour justifier l'ajout de nouveaux services. Si cette tendance se confirme, il faut s'attendre à ce que d'autres produits puissent progressivement être souscrits via ce canal.


Empruntis
Ce qu'une banque ne sait pas faire, comptez sur d'autres pour le réaliser : le comparateur de crédits et d'assurances Empruntis prouve encore une fois cette évidence avec le lancement de son application mobile dédiée au crédit immobilier, dont la particularité est de promettre une réponse de principe immédiate à une demande de financement.

L'idée pourrait être balayée d'un revers de main, sous prétexte qu'un achat immobilier ne se décide pas sur une impulsion, en consultant son téléphone. Pourtant, que penser du cas où une personne, au hasard d'une promenade, tombe devant une annonce immobilière et s'interroge sur sa capacité de financement ? Peut-être l'application mobile ne suffira-t-elle pas à emporter la décision mais une réponse instantanée pourrait être le détail qui fera la différence à l'heure du choix final...


Rabobank
La personnalisation des services en ligne continue régulièrement à faire des progrès dans les institutions financières. Pour la néerlandaise Rabobank, l'adoption de la technologie de Figlo lui permet de proposer une solution particulièrement riche à ses clients, combinant gestion de finances personnelles (PFM) et paramétrage de la page d'accueil.

Les utilisateurs ont ainsi l'entière liberté de mettre en avant les informations qu'ils jugent les plus importantes, qu'il s'agisse du solde et des dernières opérations de leur compte courant, de la situation de leurs différents objectifs d'épargne, d'une vue de leurs dépenses récentes par catégorie... Toutes ces options, et bien d'autres encore, sont disponibles sous la forme de widgets, qui peuvent être ajoutés, supprimés et organisés à volonté.

Banque en ligne Rabobank


Bitcoin
Quoiqu'on puisse en penser, il est incontestable que la popularité de la monnaie alternative Bitcoin est actuellement en hausse sensible. Et les institutions financières les plus en pointe semblent désormais prêtes à suivre le mouvement.

Alors que l'annonce du transfert des comptes nord-américains de Mt. Gox à Coinlab pourrait n'être qu'un épisode quelconque dans la vie de deux startups, l'implication d'une "vraie" banque, la Silicon Valley Bank, dans la gestion des opérations de change est plus surprenante, même si son rôle exact n'est pas précisé. Il devient décidément de plus en plus difficile d'ignorer le phénomène Bitcoin...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)