C'est pas mon idée !

mardi 27 novembre 2012

Le Crédit Agricole teste la signature sur iPad

Crédit Agricole des Savoie
Après une longue période d'observation et quelques timides expérimentations, il semblerait que l'heure de l'iPad ait sonné dans les agences bancaires. Une initiative ambitieuse du Crédit Agricole des Savoie, lancée en octobre, vient s'ajouter à d'autres indices récents pointant dans ce sens (par exemple chez Barclays).

Ici, il n'est pas question (pour l'instant, du moins) d'utiliser l'iPad comme un outil de support de vente. Le rôle qui lui est assigné est en fait de recueillir les signatures des clients. Ainsi, lors de l'exécution d'une opération, ceux-ci se voient désormais proposer de signer le reçu ou le contrat correspondant sur la tablette, en lieu et place du formulaire imprimé habituel. Dans ce cas, la version électronique du document est automatiquement mise à leur disposition dans leur espace de banque en ligne dès le lendemain.

En pratique, l'iPad, installé sur un socle fixe, présente le document complet au client, qui peut donc en consulter la totalité du contenu. Précisons qu'aucune saisie d'information n'est réalisée sur la tablette. Détail notable, pour faciliter (et fiabiliser) la signature, la banque a choisi d'adopter un stylet, qui rend le geste plus naturel pour les utilisateurs.

Signature sur iPad

A ce stade, le dispositif est encore en expérimentation, dans 6 agences de la caisse régionale des Savoie. Mais la généralisation est déjà planifiée et ne laisse pas la place aux atermoiements, puisqu'elle devrait atteindre la totalité des 39 caisses du Crédit Agricole en avril 2013. En parallèle, l'utilisation, initialement limitée à des opérations "de caisse" (virements, retraits...) sera étendue aux contrats dans le courant de l'année, avec une perspective de dématérialiser l'entrée en relation à l'horizon 2014.

Il faut dire que les premiers résultats de ces tests d'appropriation (autant par les conseillers que par les clients) sont, selon les dires des premiers "testeurs", étonamment positifs. En ce qui concerne les consommateurs, au-delà des populations jeunes, qui apprécient le côté ludique et moderne de la signature sur un iPad, les clients plus mûrs aussi se laissent apparemment convaincre assez facilement, beaucoup étant conquis par le geste pour l'environnement que représente l'abandon du papier.

Les avantages de la dématérialisation sont classiques : meilleure sécurisation des documents (les risques de perte sont plus faibles), intégration immédiate dans les applications back-offices, possibilités de transmission électronique, économies de papier (et bénéfices associés sur l'environnement)... A ceux-là, le choix de l'iPad vient en ajouter d'autres, grâce à son caractère de matériel "banalisé", par opposition aux équipements spécialisés qui étaient, jusqu'à maintenant, généralement adoptés pour ce type de fonction. On pensera notamment aux coûts d'implémentation réduits, à la capacité de démultiplier les usages possibles, au-delà de la signature...

Si l'entrée des tablettes dans les agences est inéluctable, l'option retenue par le Crédit Agricole des Savoie d'aborder le sujet par la signature électronique semble particulièrement judicieux. En effet, même s'il est probable que les freins juridiques à la dématérialisation de la signature ont été nombreux (la gestation a duré plusieurs années...), le projet a le mérite de pouvoir afficher un retour sur investissement objectif et vérifiable. Voilà un argument convaincant pour promouvoir une innovation ! Et, une fois les iPads dans la place, les nouvelles applications pourront se multiplier...

6 commentaires:

  1. merci pour l'info. si l'intéret "marketing" me semble évident, par contre je n'arrive pas bien à cerner la dimension juridique car cela ne semble pas être une signature électronique avec certificat etc.. En savez vous plus sur ces questions qui sont encore plus complexes que les aspects techniques ou marketing.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,
    Cette signature peut tout à fait être certifiée, il suffit que l'application, connectée à internet, soit reliée à un tiers de confiance digne de ce nom.
    Par contre je m’inquiète déjà plus sur le respect du formalisme (taille de caractère affiché, etc etc) qui peut potentiellement poser problème.

    Cela reste une chouette nouvelle.

    RépondreSupprimer
  3. Le dispositif "i-Nov" d'Axa permet également, en plus de l'aspect support de vente, de recueillir la signature des clients. Ce service représente t-il vraiment un intérêt innovant supplémentaire par rapport à celui d'Axa?

    RépondreSupprimer
  4. Très bonne idée!

    JR de Plouhinec

    RépondreSupprimer
  5. qui a déjà pu voir l'application i-NOV ?
    j'aimerai bien voir comment est fait le parapheur .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonne question ! On en parle, on en parle... Mais qui a vu i-Nov ?

      Supprimer

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)