C'est pas mon idée !

mardi 18 octobre 2011

Gartner : 10 technologies stratégiques pour 2012

Stratégie
Comme chaque année à la même époque, à l'occasion de sa série de "Symposiums IT" à travers le monde, Gartner présente son top 10 des technologies stratégiques pour 2012, c'est-à-dire celles qui auront vraisemblablement le plus d'impact sur une majorité d'entreprises. Par rapport à 2011, les thèmes principaux restent sensiblement les mêmes mais les perspectives associées continuent à évoluer.

Tablettes. La diversité des formats de mobile et des systèmes s'accroît et perdurera encore longtemps. Les entreprises doivent donc prendre en compte ce facteur, qui les obligera à gérer 2 à 4 environnements différents, aussi bien dans leurs stratégies B2C (vers les clients) que B2E (vers leurs collaborateurs, qui utilisent de plus en plus leurs propres appareils pour accéder au système d'information).

Outre la nécessité de maîtriser les enjeux (métier, sociaux, financiers et de contrôle des risques), applicable dans les deux cas, les initiatives B2C impactent aussi le SI plus en profondeur, par les besoins, d'une part, d'extraire et gérer des APIs (interfaces de programmation) depuis les systèmes existants et, d'autre part, d'intégrer leurs réalisations dans un écosystème externe (moteurs de recherche, réseaux sociaux, autres applications, AppStores...).

Applications et interfaces mobiles. Après 20 ans d'interfaces basées sur des fenêtres, icônes, menus et pointeurs (de souris), le mobile (au sens large) est en train de faire émerger de nouveaux paradigmes, exploitant technologies tactiles et gestuelles, reconnaissance vocale, vidéo... (voir l'exemple de la banque en ligne selon Citi, inspirée par son application iPad).

La diversité des appareils utilisés va transformer la manière de construire les applications, qui deviendront un assemblage, adapté à chaque type de terminal, de composants élémentaires. A terme, il est possible que les applications elles-mêmes deviennent des briques simples, que l'utilisateur pourra combiner à sa convenance dans un système plus complexe, selon ses besoins.

Expérience contextuelle et sociale. Gartner croit toujours à l'informatique contextuelle, combinant informations de localisation, d'activité, de connexions (sociales) et de préférences pour améliorer la qualité des interactions. Si les analystes reconnaissent que cette tendance restera, dans les deux prochaines années, une niche (avec géolocalisation et réalité augmentée, notamment), elle se développe de manière visible, par exemple à travers l'intégration de données des médias sociaux dans les applications mobiles ou encore les initiatives de Google et PayPal autour du paiement et du m-commerce.

Internet des objets. Ce sujet est, lui aussi, relativement ancien et toujours loin de la maturité. Pourtant l'évolution est réelle et les usages des objets "intelligents" et connectés se concrétisent : multiplication des capteurs (de mouvement, de localisation, d'orientation) dans les mobiles et, progressivement, dans d'autres appareils, reconnaissance d'images et d'objets (on pensera au dépôt de chèque par mobile) ou encore technologies sans contact, pour le paiement et bien plus...

AppStores et places de marché. L'immense succès des AppStores d'Apple et de Google conduit à une expansion du modèle dans tous les secteurs du logiciel. S'il ne concerne aujourd'hui que le marché du grand public, il est voué à s'introduire dans les entreprises où la DSI devra devenir un distributeur de services pour ses utilisateurs. Pour certaines (et les institutions financières devraient en faire partie), il s'agira même d'offrir un véritable écosystème logiciel à leurs clients et/ou aux entrepreneurs (startups).

Décisionnel de nouvelle génération. Comme en 2010, Gartner souligne la transition de l'analyse des données historiques à la projection vers le futur et la prédiction. Autre transformation dans ce domaine, les informations non structurées (texte, vidéo...) sont également intégrées dans les modèles. Pour accompagner les besoins croissants de ressources informatiques de ces nouvelles approches, le "cloud" est de plus en plus mis à contribution.

Big Data. Qu'il s'agisse de l'informatique contextuelle ou des outils décisionnels, les énormes volumes et les formats d'informations à traiter (en temps réel) dépassent les capacités des système de gestion de données traditionnels. De nouvelles technologies émergent pour répondre à ces défis, base de données en mémoire ou solutions de type MapReduce, entre autres. Un constat incontournable est qu'il va rapidement devenir impossible de stocker toutes les données dans un datawarehouse unique et que les DSIs vont devoir se tourner vers des approches de datawarehouse "virtuel", fédérant des sources de données hétérogènes.

Calcul en mémoire. Prolongeant le thème de l'an dernier sur la mémoire flash et avec l'adoption massive de celle-ci pour différents usages, Gartner voit émerger une nouvelle classe d'applications "en mémoire", pour les outils décisionnels, la gestion d'événements complexes, la gestion de données... Les bénéfices en seront sensibles en termes de performance et de latence, offrant de meilleurs temps de réponse ou rendant tout simplement possible l'exécution de certains traitements en temps réel, inimaginable auparavant.

Serveurs à basse consommation. L'arrivée, via de nouveaux entrants, de serveurs à très basse consommation (notamment avec des processeurs normalement destinés au marché du mobile) peut aider les responsables de centres de production (data centers) à résoudre leurs difficultés face à l'explosion des factures énergétiques. Pour l'instant, ces systèmes seront cependant réservés à des fonctions particulières, peu exigeantes en puissance de calcul (par exemple la fourniture de pages statiques pour un site web ou les systèmes de type MapReduce).

Cloud computing. Le "cloud" reste naturellement un thème d'actualité pour 2012, toujours perçu comme particulièrement important pour les stratégies des DSIs. L'évolution notable dans cette édition du "Top 10" est, dans un contexte persistant d'immaturité, la poussée des principaux fournisseurs des entreprises (IBM, Microsoft, Oracle, SAP). La concurrence entre ces acteurs va s'accélérer dans les deux prochaines années et il en sortira certainement des offres mieux adaptées aux besoins des grandes organisations, notamment du point de vue de la qualité de service et des garanties associées.

Cette liste ne présente pas de surprise majeure (surtout pour les lecteurs assidus de "C'est pas mon idée !") mais elle a l'avantage de synthétiser l'ensemble des sujets qui devraient retenir l'attention des DSIs (et des autres décideurs) pour l'année à venir. Il leur est recommandé, a minima, de lancer des projets exploratoires sur les technologies sélectionnées et, plus particulièrement, de commencer à identifier les sources d'informations non structurées, dont celles issues des réseaux sociaux, susceptibles de leur fournir une vision plus complète et plus précise de l'environnement de l'entreprise.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)