C'est pas mon idée !

vendredi 9 septembre 2011

MoneYou teste le développement mobile multi plate-forme

MoneYou Sparen
Avec la diversité croissante du marché des smartphones, choisir une stratégie de développement mobile est un exercice de plus en plus difficile pour les entreprises. MoneYou, filiale de banque en ligne d'ABN Amro, a commencé, comme beaucoup d'institutions financières, par créer des applications pour l'iPhone d'Apple, avec l'aide d'un prestataire local.

Lorsque la demande des clients pour des versions Android et, dans une moindre mesure, BlackBerry et Windows Phone, a commencé à se faire insistante, la banque a d'abord pensé poursuivre la même approche. Mais elle s'est rapidement rendu compte des difficultés qu'elle rencontrait (et des coûts induits) pour développer indépendamment des applications relativement riches pour 4 plates-formes différentes.

Elle a donc fait le choix de la solution de Kony, qui lui permet de générer rapidement et à moindre coût une application pour chacun des systèmes visés, à partir d'une souche unique de code. Le premier résultat ce cette nouvelle stratégie est "MoneYou Sparen", une application de gestion d'épargne, disponible, donc, pour la majorité des smartphones actuellement sur le marché.

Notons au passage une des fonctions de cette application, particulièrement intéressante et déjà aperçue (hors mobile) en son temps chez "Frank by OCBC" : l'utilisateur peut créer des sous-comptes virtuels, correspondant à ses projets personnels, qu'il peut ainsi suivre individuellement et partager avec ses contacts sur les médias sociaux.

Pour revenir aux solutions de développement "universelles" pour mobile, je suis généralement sceptique sur leur pertinence et je considère qu'elles présentent des "risques" importants, souvent négligés, parmi lesquels :
  • L'effet "dénominateur commun" qui fait que les fonctions disponibles sont celles du système le moins riche et que, pour profiter d'une intégration parfaite dans chaque plate-forme cible, l'effort additionnel requis reste important.
  • La qualité inégale des applications générées selon le système de destination, qui peut induire des surcoûts lorsqu'il faut rechercher des erreurs, sans savoir a priori si elles sont dues au matériel, au système d'exploitation, à la couche "universelle" ou au développement lui-même.
  • L'introduction d'un acteur supplémentaire (le fournisseur de la solution) dans la chaîne de valeur du logiciel mobile, dont il faut alors se préoccuper de la pérennité (s'il disparaît, tous les développements réalisés sont en péril) et de la réactivité (il doit garantir une capacité à suivre les évolutions du marché au plus près, au moins pour la compatibilité).
Si on n'y prend pas suffisamment garde, les économies rêvées peuvent ainsi fondre très rapidement... Cependant, il faut reconnaître que pour des réalisations techniquement simples (et la plupart des applications mobiles de banques sont dans ce cas), ces risques restent certainement acceptables et que la stratégie de MoneYou peut avoir du sens.

Il sera intéressant de suivre les réactions des utilisateurs sur les différents AppStores pour savoir ce qu'ils en pensent, d'autant que l'application pour iPhone restera celle d'origine et permettra donc la comparaison.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)